« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

25/06/2018 - 10:54

Newsletter de la Campagne

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!

Campagne des Régions

Espace des Candidats

Propos des Militants

SUD : En maître absolu
SUD : En maître absolu

En l’absence de listes concurrentes dans la quasi-totalité des bureaux de vote de la ville pour les deux scrutins, les candidats du Rdpc ont été plébiscités avec la manière.

La tentation d’aller couvrir le double scrutin dans la zone rurale de la capitale régionale du Sud l’a emporté sur tout autre argument. Adoum, localité périphérique d’Ebolowa, ce lundi matin, est arrosée par une fine brume fraîche, qui fait monter l’odeur des tréfonds de la forêt équatoriale.  Sur cet axe routier conduisant à Kribi par Akom II, est installé le contrôle mixte police-gendarmerie. Juste devant l’immense cour de l’école publique. Quatre bâtiments en constituent l’ossature. C’est dans le principal que l’équipe d’Elecam a pris ses quartiers. « C’est depuis hier (dimanche, Ndlr) que nous nous sommes installés et avons fait tous les repérages possibles. Conséquence, ce matin (lundi, Ndlr) jour du vote, nous avons juste procédé à la pose des scellés », déclare Jean Arthur Ndinga, le président dudit bureau de vote. Une opération effectuée de  vant quelques membres de la commission électorale et des représentants du Rdpc, seul parti en lisse ici. Peut alors commencer le vote proprement dit. Pendant près de deux heures, les premiers électeurs arrivés très tôt passent devant la commission. Les bulletins et les enveloppes sont constitués et remis aux électeurs, qui, une fois passés dans l’isoloir reviennent, jettent l’enveloppe dans l’urne transparente et repartent. Jean Samuel Etoua Nnanga, agriculteur explique : « Je me suis levé tôt pour venir voter. Ça bien marché. Parce qu’après ça, je dois aller au champ ». Comme lui, la plupart des électeurs présents à ce moment-là, évoquent les mêmes raisons. Pendant que dans la salle le manège se poursuit, dehors les rangs continuent de gonfler. Entre temps aussi, de nombreux autres affluent et se ruent vers la dizaine de tableaux sur lesquels sont affichées les listes. Après les avoir consultées, certains repartent, à la recherche du bureau de l’endroit où ils doivent effectuer leur devoir citoyen. D’autres prennent place dans le rang. Il n’y a pas beaucoup de difficultés à signaler. Il n’y en a même pas. Le Rdpc est le seul parti en lisse, faute de concurrent. D’après les informations recueillies à bonne sources, les opérations vont suivent leur cour, jusqu’aux environs de 11h lorsque l’un des candidats aux municipales débarque à bord de sa japonaise. Daniel Edjo’o, troisième sur cette liste à Ebolowa 2ème a d’abord pris le soin d’aller dans les autres bureaux de vote s’assurer que tout va bien. Rencontré un peu plus tard dans la soirée, il explique : « L’équipe de notre commune s’est organisée en répartissant les rôles pour plus d’efficacité. Chacun sachant ce qu’il a à faire et ce qu’il doit faire. Pour l’heure, tout s’est bien passé sans histoire ». Mais un peu plus tôt, à Ebolowa, jusqu’à la clôture de l’opération, aucun incident malheureux n’était signalé. A l’école publique du quartier haoussa, c’est l’affluence des grands jours. Facilement identifiables à leur tenue vestimentaire, on pouvait reconnaître quelques chefs de communautés venues d’ailleurs. C’est le cas du chef de la communauté Bamoun d’Ebolowa qui est venu superviser le vote de ses protégés. « C’est simplement pour s’assurer que rien ne cloche. Nous avons participé au processus de campagne de bout en bout aux côtés des équipes du Rdpc. Nous avons sensibilisé nos troupes pour un vote utile du Rdpc. Je crois que tout s’est bien passé », affirme ……..

Réseaux Sociaux

               

Connexion Utilisateur