« Rassemblement Démocratique 
du Peuple Camerounais »

14/12/2017 - 10:58

Newsletter de la Campagne

Tenez-vous au courant de nos dernières nouvelles!

Campagne des Régions

Espace des Candidats

Propos des Militants

Jean Dieudonné Mah : « nous avons construit un CES en trois semaines »
Jean Dieudonné Mah : « nous avons construit un CES en trois semaines »

Le 1er vice-président de la commission communale de campagne pour les élections couplées du 30 septembre 2013 à Awae revient sur la stratégie de campagne de sa commission et anticipe sur l’usage qu’ils feront de cette victoire à venir. Le conseiller municipal-candidat et président du Conseil d’administration de Forgyme parle également de tous les projets de développement mis sur pied par la fédération de Gics créée par la sous-section RDPC qu’il préside.

 

L’Action : Majesté, nous sommes à trois jours de la clôture de la campagne électorale pour le double scrutin du 30 septembre 2013. Quelle évaluation en faites-vous ?
Jean Dieudonné Mah : Merci de me donner l’opportunité de présenter, au nom de toute la commission communale de campagne que j’ai l’insigne honneur de co-présider, le déroulement de nos activités à Awae. La campagne électorale se déroule normalement au sein de la commission communale d’Awae. Il est vrai que nous avons rencontré beaucoup de difficultés, notamment au niveau des zones qui ont toujours été représentées au sein des conseils, et qui se retrouvent aujourd’hui sans conseillers municipaux.
Mais nous avons réussi à les convaincre. Ils ont fini par comprendre que tout militant normal doit respecter la discipline du Parti. J’exhorte donc les militants des autres localités qui ont connu le même sort à faire autant, car le RDPC est un grand parti que nous devons préserver par rapport à ses idées constructives, ses idées de développement, de construction et de préservation de la paix.
Que faites-vous à votre niveau pour promouvoir ces idéaux auxquels le chef de l’Etat est fortement attaché ?
Depuis 1997, je suis président de la sous section RDPC d’Elat, et j’ai placé mes mandats sous le signe de ces idéaux chers à notre président national, le chef de l’Etat, S.E. Paul Biya.
C’est ainsi qu’en matière de développement, nous avons déjà réalisé de nombreuses activités. Une fédération composée de 52 Gics (Groupements d’intérêts communs, Ndlr) a été créée, le Forgyme (Fédération des organisations rurales des groupements Yemessomo, Minkom et environs) pour veiller au bien-être des populations. Un séminaire atelier avait été organisé il y a quelques années par les cadres du comité central du RDPC, sous l’égide de la CETEC, un organe de développement que présidait Jean Williams Sollo. Cette formation avait alors abouti à la création de plusieurs hectares de plantations de maïs et de soja. Les produits issus de cette initiative ont été commercialisés et chaque cultivateur a reçu des fonds en fonction de sa production. C’était une grande fête. En plus de cela, ces fonds nous ont permis de réaliser d’autres projets sur les plans scolaire et infrastructurel.
Nous pouvons également citer l’organisation par les militantes et les militants de notre sous-section de nombreux mini-comices agropastoraux présidés soit par le ministre des affaires sociales, soit par le gouverneur de la région du Centre. De même que nous pouvons citer la distribution de plusieurs hectares de plants sélectionnés de palmier à huile aux militantes et militants membres de notre fédération de Gics. Nous pouvons enfin citer l’organisation de nombreux autres séminaires par des partenaires au développement. Le dernier en date est celui réalisé grâce à la collaboration du COSADER.
Vous parliez tantôt des réalisations sur le plan scolaire. Pouvez-vous citer quelques uns ?
Sur le plan scolaire, vous n’en reviendrez pas, mais je puis vous assurer que nous avons construit, en matériel définitif, un CES (Collège d’enseignement secondaire, NDLR) en trois semaines, grâce à la participation de tous nos militants. Ceux-ci ont accepté de prélever des fonds issus de la vente des produits agricoles dont je parlais tout à l’heure. Chaque comité de base avait alors hérité d’une tâche précise à effectuer et grâce à cette synergie, nous avons permis à nos enfants d’intégrer leur établissement plus tôt qu’espéré.
Au rang de nos réalisations, nous pouvons également citer la dotation de nos établissements scolaires en table-bancs, grâce à la contribution des élites. Ce sont ainsi le lycée d’Elat et les 05 écoles primaires de la sous-section qui ont bénéficié de ces équipements, sous notre supervision. C’est l’occasion pour nous de dire un grand merci au chef de l’Etat pour la création de tous ces établissements scolaires.
Sur le plan des infrastructures, nous pouvons citer, sans être exhaustif, l’électrification de plusieurs villages grâce à la contribution des militants d’un comité de base après la commercialisation de leur production agricole à travers des pistes dont nous avions au préalable assuré le reprofilage. Nous avons également créé un stade de football dans le groupement Yemessomo.
Sur le plan sanitaire, les militants de notre sous-section ont reçu des soins gratuits, de même que nous avons facilité la réalisation des interventions chirurgicales, grâce à des médecins et infirmiers venus du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Yaoundé, de l’hôpital central de Yaoundé et de l’hôpital général de la même ville.
L’organisation des jeunes du RDPC (OJRDPC) a également procédé à la distribution des comprimés dans tous les établissements scolaires que couvre notre sous-section. Voilà, grâce au militantisme des populations des groupements Minkom et Yemessomo, d’une façon ramassée, les activités réalisées par la sous-section ces dernières années.

On sait que l’un des problèmes cruciaux en campagne c’est l’accès à l’énergie électrique. Quelle solution le RDPC propose-t-il aux militants de votre sous-section ?
Nous pouvons revendiquer à notre actif, avec la participation des militants, la construction d’une ligne de 6 km d’électricité dans le groupement Yemessomo. Une autre ligne est en cours de finalisation, et qui va de la chefferie de 2ème degré jusqu’à Ekoum-Abang. Une troisième dont les études sont finalisées est en attente de financement. Cette étude va d’Ekoum-Abang à Nkolngoa, limitrophe de l’arrondissement de Soa. Une autre dont les études sont financées par la commune d’Awae est située sur la ligne droite allant jusqu’à Koukounou chefferie du 3ème degré. Le président de la sous-section d’Elat a entrepris une autre étude allant de la chefferie de Koukounou jusqu’au carrefour Nkolba limite Awae-Esse en passant par Ofoum-Nsel groupes I et II, longue de huit kilomètres. Celle-ci sera réalisée avant la tenue des élections du 30 septembre prochain.

Vous présentez-là un bilan for élogieux, mais je présume que tout n’est pas rose dans votre circonscription. Qu’envisagez-vous de faire pour améliorer encore le quotidien de vos populations ?
Nous allons accentuer l’action participative, formule recommandée par notre président national, Paul Biya pour le développement de notre localité et assurer un mieux-être aux militants de notre sous-section et aux populations en général. 

Réseaux Sociaux

               

Connexion Utilisateur